This is us – La famille Pearson et nous

C’est, peut-être la série que NBC, sans s’en douter au départ, attendait pour redonner un peu de superbe aux plumes de son paon fétiche. Au point de l’avoir renouvelée pour deux saisons supplémentaires sur la seule base de son pilote. Carton d’audience de l’automne dernier, This is us revient bientôt pour une deuxième saison et s’est imposée gentiment comme la nouvelle chronique familiale que l’on aime suivre à la fin de sa longue journée de travail.

Plébiscitée pour la qualité de son interprétation, raillée pour l’image positiviste qu’elle renvoie de la famille ou au sujet de la tonalité mièvre de son ensemble, This is us est typiquement l’exemple de série à laquelle on accroche ou on décroche. En effet, si tout est attendu que et rien, a priori, ne semble la distinguer d’autres chroniques (La vie à cinq, Parenthood, Brothers & sisters ou Thirtysomething pour remonter un peu loin) qui ont laissé derrière elles de hautes montagnes de mouchoirs, elle a pour elle le mérite de ne pas tricher sur ce qu’elle est: un mélodrame, ni plus ni moins. En tant que tel, la série de Dan Fogelman n’a ni à rougir de ce qu’elle propose ni de la façon dont elle le fait. Certes, son atmosphère léchée, surlignée par quelques pépites folks en fond sonore (Alexi Murdoch, Jackson C.Frank, Paul Simon, Sufjan Stevens…) pour titiller les larmes au moment opportun peut légitimement en agacer plus d’un mais elle est un vrai divertissement populaire, sans autre ambition que celle de raconter des histoires sur deux lignes temporelles (l’une au passé, l’autre au présent, soit donc sur deux générations de personnages liés par une même date d’anniversaire). Passés les rebondissement malhabiles et foncièrement soap qui clôturaient les tous premiers épisodes (Ah, mais en fait la mère s’est remarié avec le meilleur ami de Jack ! Ah, mais en fait Rebecca et William se connaissaient dès le début !This is us a rapidement abandonné cette direction pour revenir à quelque chose de plus conventionnel. De plus formaté diront certains, de plus posé diront d’autres, et tant pis si la présence au générique du duo de réalisateurs John Requa et Glenn Ficarra (à qui l’on doit les excellents I love you Philip Morris ou Crazy, Stupid, Love) est plus anecdotique qu’autre chose: ce changement de rythme a été probant car il n’a eu que pour seul but celui de se rapprocher de ses protagonistes. Du coup, nous aussi.

La plus grande qualité de This is us est donc l’honnêteté avec laquelle elle raconte ses petites bribes de vies. Qui, certes, ont déjà été racontées mille fois mais sont toujours agréables à entendre. Alors, oui, on pourra éventuellement préférer Milo Ventimiglia, Mandy Moore, Sterling K.Brown ou Chris Sullivan, tous irrésistibles, à Chrissy Metz ou Justin Hartley qui sont un peu plus à la peine et davantage empêtrés dans le cliché. Mais qu’importe ces derniers.

Qu’importe le plan marketing qui veut vendre les Pearson comme des modèles de personnages réalistes aux problèmes de tous les jours ressemblant aux nôtres. Cela n’est pas totalement vrai mais cela n’est pas totalement faux également. On ne regarde pas This is us pour cela. On ne se pose même pas la question de l’identification éventuelle. De se faire l’ironique remarque: Tiens, c’est nous ça. On regarde This is us parce que cela nous fait rire. On regarde This is us parce que cela nous émeut (je défie quiconque de ne pas pleurer devant le final de l’épisode Memphis ou cette incroyable scène de dispute entre Jack et Rebecca, totalement… réaliste et qui, justement, remet en perspective les railleries sur l’image idéalisée de la famille). On regarde This is us parce que l’on s’attache à tous ces personnages qui, ailleurs, seraient des caricatures sur pattes mais qui, ici, deviennent des pe(a)rson(nes) que l’on apprend à aimer. Bref, on regarde This is us parce que, envers et contre ses défauts que l’on aime pardonner, cela fonctionne. Tout simplement.

This Is Us (2016, USA, NBC – Saison 1, 18 épisodes. Toujours en production)

Le site officiel

La saison 2 démarrera aux Etats-Unis le 26 septembre prochain. Cela vous laisse donc un peu de temps pour vous mettre à jour 😉


(c)photos: NBC