The Boxer Rebellion – No harm

Pour apprendre à boxer il suffit d’une nuit. Il faut une vie entière pour apprendre à combattre.
Alessandro Baricco
the-boxer-rebellion-the-cold-still
© Naive

Pour beaucoup, la boxe est considérée comme étant le sport qui en dit le plus sur l’être humain. Qu’on soit adepte ou non de cette forme stylisée du combat, il n’en reste pas moins que cet affrontement, entre deux êtres qui ne se connaissent pas, relève du dépassement de soi. L’isolement dans un espace aussi confiné qu’un ring renforce cette volonté de se prouver qu’on peut encore repousser les limites de sa propre physique.

Cette détermination s’applique parfaitement à The Boxer Rebellion, une formation anglaise qui semble perpétuellement avoir du refaire ses débuts. Voilà plus d’une décennie que le quatuor anglais mené par Nathan Nicholson pratique une musique à l’émotion gracieuse et planante. Une musique qui évoque parfois les grandes effluves guitaristiques d’un Jeff Buckley ou les prometteurs débuts de Coldplay. Après la parution du premier album, et malgré le succès de ce dernier, The Boxer Rebellion fut évincé par son label. Comme il faut toujours prendre le temps de rebondir pour continuer à avancer, le groupe attendra cinq ans avant de reprendre les instruments. Le résultat de cette attente s’appelle Unions, réponse de The Boxer Rebellion qui permet de rempiler avec un deuxième opus.

Produit et mixé par l’éminent Ethan Johns, dont le catalogue et les collaborations forcent depuis longtemps le respect (Ryan Adams, Ray Lamontagne, Laura Marling ou Crosby, Stills & Nash), c’est donc la chanson d’ouverture de ce troisième disque d’un parcours endurant qui nous intéresse aujourd’hui. Intitulé The Cold Still (traduisible par « La droiture froide »), le groupe prouve avec ce disque une endurance solide doublée d’un défi perpétuel aux élans bondissants de la pop. Ainsi, même après une course aux électriques méandres sonores, le groupe sait aussi relâcher sa garde. Multipliant les ambiances, The Boxer Rebellion réussit dans un joli tumulte à y trouver sa propre tonalité. Lorsqu’il y parvient, à l’instar de cette chanson, il frappe juste là où il faut. Droit au cœur.

Coups de poings syntaxiques, esquives verbales et matériel stylistique fournis par
Jeoffroy Vincent

 

the-boxer-rebellion-the-cold-stillThe Boxer Rebellion : The Cold Still (Naive), album disponible depuis le 1er mars 2011.
En écoute si l’humeur vous en dit.

Le site officiel de The Boxer Rebellion

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s