Il est temps de rentrer…

Je ne sais plus qui disait « Partir c’est mourir un peu (…) » (1) mais il me semble que cette personne a tort. Partir, c’est bien. Partir, c’est prendre le large. S’éloigner de sa routine et se délester de ce poids permanent qu’est le stress. Ce vilain stress qui vous ressuscite l’acné de votre adolescence, vous blanchit les cheveux, vous alourdit les yeux par des cernes bien sombres et vous crispe le dos qui, pauvre de lui, supporte tout le fardeau de l’ensemble. Rentrer, c’est mourir un peu. Retrouver ses habitudes, ces compagnes dont on se passerait parfois volontiers, et remonter à contrecœur dans le petit train train qui vous embarque dans la folle embardée du quotidien. Mais rentrer, c’est également retrouver (après deux mois de pause, quel paresseux) mon petit blog chéri qui entame sa quatrième année d’existence. Et ne croyez pas que je joue là la carte du vieux de la vieille qui a fait le tour de son expérience du Net (quoique, avec tous mes blogs combinés, cela doit bien faire dix ans que j’écris pour la Grande Toile Mondiale), j’ai toujours l’impression d’y faire mes débuts.

Chers lecteurs, chères lectrices, je me permets donc d’interrompre votre programme habituel pour formuler une sorte de déclaration officielle. Cela fait un petit moment déjà que cela me taraude donc, comme à mon habitude, il faut que je couche le tout par écrit pour que cela prenne sens dans ma tête mais également pour vous.

Des changements éditoriaux vont voir le jour. Pourquoi ? Parce que j’ai envie que ce blog me ressemble davantage. Attention, aucune révolution radicale ne va chambouler les fondations mêmes de ce blog: on continuera à disserter sur les séries et sur le cinéma; quoique j’ai davantage envie de remonter la chronologie du septième art (2) plutôt que de parler de celui qui se joue actuellement dans les salles obscures. N’y voyez là aucune nostalgie mais une envie de parler de ce qui m’a construit, saisit, porté et enchanté lorsque j’avais encore du duvet sous le nez. Dans un monde où le plus mauvais (et le plus attendu) des reboots est interprété par un certain Nicolas S., je veux fuir une certaine réalité qui a parfois tendance à me déprimer pour parler de choses plus réjouissantes, même si on trouvera une autre manière de se moquer d’une politique dont l’absurde confine au génie.

Même si cela était déjà le cas, j’ai donc décidé de parler de manière plus régulière de bandes dessinées et, surtout, d’accorder une véritable place à l’animation sous toutes ses formes. Le Journal de Bulles reprendra du service, je l’espère, à un rythme plus soutenu. La musique ne sera plus chroniquée comme avant (de toutes façons, elle était totalement délaissée ces derniers mois) mais occupera une autre forme de place. De nouvelles rubriques cèderont la place à d’autres de manière progressive. Rassurez-vous, on causera toujours séries, ne serait-ce parce qu’il faut que je vous diffuse les deux derniers épisodes de la saga estivale « 25 ans, 50 séries » qui peine – faute de disponibilités- sérieusement à se conclure.

D’ailleurs, c’est pas le tout mais, comme je vous le disais, il est temps de rentrer. Et de se remettre au boulot.

A vite,
Jeoffroy

(1): Bien sûr que je sais qui c’est. Au départ, naïvement, je pensais que c’était Jacques Brel. Heureusement qu’après une recherche, Internet m’a confirmé que cette citation était au contraire l’œuvre d’Alphonse Allais. Ce qui m’a fait rire secrètement parce qu’avec un patronyme pareil, cet homme de lettres était obligé de tenir un propos autour du grand départ.

(2): Vous ne le saviez sûrement pas mais l’homme derrière cet écran est un fan absolu, et depuis sa tendre enfance, de Charlie Chaplin, Buster Keaton ou Harold Lloyd. On en recausera bien plus tôt que vous ne le pensez.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s